Home

16 sites à découvrir

Le patrimoine d'Halanzy

Mine du Bois-Haut d’Halanzy

La mine du Fays d’Halanzy

Les trémies de Musson

La minière de Musson

Stèle Guy de Larigaudie

Le "Grand Bois" de Musson

150 ans d’acier à Gorcy

La reconversion de Gorcy

Le fer fort de Saint-Pancré

L'Église Saint-Denis

La croix Saint-Denis

d’Houdlémont

Le Lavoir-Tunnel de Ville

Le Verger conservatoire

de Ville-Houdlémont

Impasse de la tour

et église à Saint-Pancré

Bois de la Cure

à Saint-Pancré

Les partenaires

FR

EN

|

|

DE

|

NL

Mine du Bois-Haut

d’Halanzy

NIVEAU

DE DIFFICULTÉ

ACCESSIBILITÉ

L’exploitation des différentes concessions de Musson et Halanzy par des particuliers et sociétés sidérurgiques liégeoises de Seraing, Ougrée et l’Espérance démarre lentement, car les concessionnaires attendent l’arrivée du chemin de fer pour pouvoir vendre leur minerai. De 1874 à 1875, la société minière de Halanzy commence les aménagements de surface, en construisant une forge à l’usage de l’exploitation, devant l’entrée de la mine de sa concession. Avec la mise à feu du premier haut fourneau de Halanzy par la société Descamps, en 1882, le minerai est descendu au moyen d’un plan incliné. L’extraction prend de l’ampleur.

 

En 1882, la commune autorise la société des hauts fourneaux de mine de Halanzy à bâtir un magasin à poudre d’une contenance de 300 à 400 kg, à côté de l’entrée de la mine. Une autre poudrière de 50 kg verra le jour en 1898. En 1886, pour la maçonnerie de la galerie, elle établit un four à chaux à la sortie de la mine. Le carreau est aménagé en 1888 par la construction d’un bâtiment et d’une bascule. La traction est mixte : locomotive à benzine en service depuis 1905 et chevaux.

 

Pendant la Première Guerre mondiale, usines et mines demeurent au chômage. La première mine remise en état après la guerre est celle du Bois-Haut, en 1920, pour alimenter le premier haut fourneau de Halanzy. 14 ouvriers y extraient 5.120 tonnes de minette. Le carreau de la mine est agrandi en 1932 par la construction, aux côtés de l’atelier de réparation et de la bascule, d’une remise à locomotive et d’un bâtiment du frein.* Cette mine, avec une galerie de plus de 40 km de galeries et qui était la dernière mine de fer de Belgique exploitée industriellement à grande échelle au XXe siècle, ferme définitivement ses portes le 27.10.1978.

 

*Source : Mes mines de fer du pays gaumais J.C. Delhez