Home

16 sites à découvrir

Le patrimoine d'Halanzy

Mine du Bois-Haut d’Halanzy

La mine du Fays d’Halanzy

Les trémies de Musson

La minière de Musson

Stèle Guy de Larigaudie

Le "Grand Bois" de Musson

150 ans d’acier à Gorcy

La reconversion de Gorcy

Le fer fort de Saint-Pancré

L'Église Saint-Denis

La croix Saint-Denis

d’Houdlémont

Le Lavoir-Tunnel de Ville

Le Verger conservatoire

de Ville-Houdlémont

Impasse de la tour

et église à Saint-Pancré

Bois de la Cure

à Saint-Pancré

Les partenaires

FR

EN

|

|

DE

|

NL

 

La minière

NIVEAU

DE DIFFICULTÉ

ACCESSIBILITÉ

La minière

du Grand Bois

de Musson

Le bassin ferrifère lorrain déborde légèrement en Belgique et affleure sur le flanc nord de la colline boisée de Musson à 350 m au sud de Halanzy et à 348 m au sud de Musson.

 

La découverte au cours du 18e siècle de cet important gisement de minerai oolithique, auquel fut donné, au début du 19e siècle le nom de «minette» parce qu’on estimait qu’il s’agissait d’une mine sans intérêt, bouleversa les habitudes des maîtres des forges qui abandonnèrent le minerai d’alluvions, nécessitant trop de travail, pour employer le minerai oolithique.

 

Il faut cependant relever, que déjà au Moyen âge, le minerai du Grand Bois de Musson était exploité par la technique du grattage qui consistait à gratter les affleurements de minerai sur la flanc de la côte. La Société des Hauts Fourneaux, Fonderies et Mines de Musson dont les fondateurs possédaient déjà sur le territoire communal la concession de minerai de fer du Grand Bois, fut constituée à Bruxelles le 27 janvier 1881 alors que la minière de Musson fonctionnait déjà depuis 1851.

Par la suite, ils obtiendront les concessions de Warnimont et de Châtelet en France.

 

En février 1885 se fonde à Musson la Société Anonyme des Hauts Fourneaux et Mines de Musson. L’usine, située sous l’ancien crassier en bordure de la voie ferrée, commence son activité avec deux hauts fourneaux, chacun d’une contenance journalière de 60 tonnes de fonte de moulage phosphoreux, apte à réaliser en seconde fusion, la coulabilité demandée pour la fabrication de pièces à parois minces (ex. : parois des wagonnets).

 

Au début, la mine de Musson, exploitée à partir d’une galerie horizontale ouverte à flanc de coteau en haut du plan incliné, traversait la côte du nord au sud pour déboucher au lieu-dit, Mussy-la-Corvée au Trou du Vieux Guillaume. L’endroit servira plus tard de dépotoir communal et l’entrée sera comblée.La galerie principale sera ensuite portée à l’est au-dessus de Blondin. Toujours plus à l’est car la couche de fer gagnait en puissance avec une amélioration de la gangue, la troisième principale, déjà vers 1900 partait du Blocou, appelé également mine de Warnimont.

 

De la minière était extrait le minerai de fer dénommé «la minette», d’un pourcentage moyen en fer de 38 à 40 %. Ce minerai était d’abord cassé à la masse avant d’être chargé sur des wagonnets qui étaient déversés à l’extérieur dans les trémies. Le surplus de la production était destiné à l’agglomération de Athus et aux hauts fourneaux de Rodange.

 

L’extraction du minerai de fer dans la minière du Grand Bois de Musson fut arrêtée en 1963 ; la couche de minerai étant réduite, le boisage des galeries étant trop coûteux et ne permettant pas l’utilisation d’engins modernes.

 

L’exploitation sera cependant intensifiée à Halanzy avec du matériel plus performant. La qualité du toit y permettait en effet l’utilisation de bulldozers vu la largeur et la hauteur des galeries non boisées.